sophistiquer


sophistiquer

sophistiquer [ sɔfistike ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1370 ; bas lat. sophisticari
1Vieilli Altérer frauduleusement (une substance). dénaturer, frelater. Sophistiquer du vin.
(mil. XXe) Faire preuve de recherche dans (qqch.). Sophistiquer sa toilette.
2 V. pron. réfl. (v. 1965) Devenir de plus en plus perfectionné. sophistiqué (2o). Les techniques se sophistiquent de plus en plus.

sophistiquer verbe transitif (bas latin sophisticari, de sophisticus, sophistique) Introduire dans quelque chose une recherche ou une subtilité excessive : Sophistiquer un raisonnement. Apporter à un objet des améliorations, des perfectionnements très poussés, relevant de techniques avancées : Des armes que l'on sophistique de plus en plus.

sophistiquer
v. tr. Perfectionner par des techniques de pointe, rendre sophistiqué (sens 2).

⇒SOPHISTIQUER, verbe
A. Empl. trans.
1. Vx. Altérer, falsifier (une substance, un produit). Au lieu de quinquina véritable, on trouve dans le commerce une écorce moins chère, sous le nom de kinanova, qui sert quelquefois à sophistiquer le véritable quinquina gris (KAPELER, CAVENTOU, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 592).
Au fig. Dénaturer, corrompre. Il faut du temps et du travail pour en venir à sophistiquer et à se dénaturer à soi-même cette première sincérité des impressions involontaires (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 4, 1863, p. 193). Il existe une liturgie bénédictine que je ne souffrirai pas de voir sophistiquer par je ne sais quelles turelures. Nous célébrerons l'office tel qu'il est ou nous ne le célébrerons pas à l'église (HUYSMANS, Oblat, t. 2, 1903, p. 11).
2. a) Rendre raffiné, sophistiqué. Si l'homme moderne sophistique sa chevelure, c'est que la mode lui permet maintenant toutes les fantaisies (L'Express, 9 oct. 1970 ds GILB. 1980).
b) Perfectionner techniquement, rendre de plus en plus complexe. La seule issue possible (...) c'est donc de spécialiser et de sophistiquer à l'extrême les systèmes de défense et les armements (Le Nouvel Observateur, 12 janv. 1976, p. 36, col. 2).
Empl. pronom. Devenir de plus en plus perfectionné, de plus en plus complexe. Dans le contexte d'une économie qui tend à se sophistiquer, le flair des Libanais aura toujours sa place (Entreprise, 27 juill. 1968 ds GILB. 1980). Les armements se sophistiquent d'année en année (ROB. 1985).
B. — Empl. intrans., rare. Utiliser des raisonnements, une argumentation sophistiques; subtiliser à l'excès. La société est aussi ancienne que l'homme; donc le sauvage n'est et ne peut être qu'un homme dégradé et puni. En vérité je ne vois rien d'aussi clair pour le bon sens qui ne veut pas sophistiquer (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 2, 1821, p. 16). Au théâtre, le public m'effraie; il tousse. Il bavarde, il juge, il « sophistique » selon le terme américain à la mode (COCTEAU, Foyer artistes, 1947, p. 5).
Prononc. et Orth.:[], (il) sophistique [-tik]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1372-74 « égarer, tromper par des sophismes » (ORESME, Politiques, V, 13, éd. A. D. Menut, p. 225); b) 1579 « dénaturer par excès de subtilité » (LARIVEY, Les Esprits ds Anc. Théâtre fr., t. 5, p. 222); c) 1596 « user de procédés sophistiques » (HULSIUS); 2. a) 1484, août « frelater (un produit) en lui faisant subir quelque manipulation » pouldres sophistiquees (Ordonnances des Rois de France), t. 19, p. 417; b) 1588 fig. « déformer, corrompre » (MONTAIGNE, Essais, III, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 1049); 3. a) 1968 empl. réfl. « devenir de plus en plus complexe » (Entreprise, loc. cit.); b) 1970 « soigner quelque chose avec recherche » (L'Express, loc. cit.). Empr. au lat. médiév. sophisticare « tromper; falsifier; corrompre » sophisticari « déployer une fausse habileté » (v. BLAISE Latin. Med. Aev.; DU CANGE; LATHAM). Les sens notés en 3 sont probablement issus des empl. de sophistiqué dus à l'anglais.
DÉR. Sophistiqueur, -euse, subst. a) Vx. Personne qui altère, falsifie (des produits, des substances). (Dict. XIXe et XXe s.). b) Personne qui abuse de raisonnements, d'argumentations sophistiques. [Le vieux berger:] C'est un regain du mal, tenace, et qui repousse, Que ces revenez-y sur vous-même, en moqueur. Ne serait-ce point ça d'être (...) sophistiqueur? (RICHEPIN, Vers la joie, 1894, p. 99). [], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1798. 1res attest. a) ca 1481 « celui qui raisonne à la manière des sophistes » (COQUILLART, Droits nouv., éd. M. J. Freeman, p. 127), b) 1636 « personne qui falsifie les substances » (MONET); de sophistiquer, suff. -eur2.

sophistiquer [sɔfistike] v.
ÉTYM. 1370; bas lat. sophisticari, du grec sophistikos. → Sophiste, sophistique.
———
I V. tr.
1 Vx. Altérer frauduleusement (une substance). Altérer, dénaturer, falsifier, frelater. || Sophistiquer du vin.Fig. Défigurer, déformer, corrompre. Gâter (→ Étudier, cit. 17).
2 (Mil. XXe). Rendre particulièrement raffiné, sophistiqué (2.). || Sophistiquer sa toilette.
———
II V. pron. (réfl.). Devenir de plus en plus perfectionné. Sophistiqué (3.). || Les armements se sophistiquent d'année en année.
———
III (1596). V. intr. Rare, littér. User de procédés sophistiques, de raisonnements subtils et captieux.
0 Éviter de sophistiquer, me défier des proliférations baroques, ne pas chercher toujours la petite bête, voilà ce qu'elle me conseille (…)
Michel Leiris, Frêle bruit, p. 389.
DÉR. Sophistication (1.), sophistiqué, sophistiqueur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sophistiquer — Sophistiquer. v. a. Frelater, falsifier une liqueur, une drogue, en y meslant quelque chose d estranger. Sophistiquer du vin. les Marchands sont sujets à sophistiquer les drogues les plus pretieuses. ses drogues sont quelquefois sophistiquées dés …   Dictionnaire de l'Académie française

  • SOPHISTIQUER — v. a. Subtiliser avec excès. Cet auteur sophistique tout, sophistique toutes ses pensées.   Il s emploie aussi absolument. Il sophistique sans cesse. Il se plaît à sophistiquer. SOPHISTIQUER, signifie encore, Frelater, falsifier une liqueur, une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • sophistiquer — (so fi sti ké), je sophistiquais, nous sophistiquions, vous sophistiquiez ; que je sophistique, que nous sophistiquions, que vous sophistiquiez, v. a. 1°   Subtiliser avec excès. Les rabbins appuient toutes ces chimères de passages de l Écriture… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOPHISTIQUER — v. intr. Subtiliser avec excès, user de procédés sophistiques. Cet auteur sophistique sans cesse. Il se plaît à sophistiquer. SOPHISTIQUER est aussi verbe transitif et signifie Frelater, falsifier un produit en y mêlant quelque chose d’étranger.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • se sophistiquer — ● se sophistiquer verbe pronominal être sophistiqué verbe passif Être très perfectionné, relever de procédés de haute technicité : Un nouveau prototype d avion très sophistiqué …   Encyclopédie Universelle

  • sophistication — [ sɔfistikasjɔ̃ ] n. f. • 1370, rare av. XIXe; de sophistiquer 1 ♦ Vieilli Action de sophistiquer, de frelater (une substance). « Ce qu il a trouvé, ce siècle, c est la falsification des denrées, la sophistication des produits » (Huysmans). ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • sofistica — SOFISTICÁ, sofistichez, vb. I. tranz. 1. A folosi în mod conştient raţionamente false, care denaturează adevărul. 2. A da un caracter căutat, artificial, complicat sau preţios. – Din fr. sophistiquer. Trimis de IoanSoleriu, 13.09.2007. Sursa: DEX …   Dicționar Român

  • sophistiqueur — sophistiqueur, euse [sɔfistikœʀ, øz] n. ÉTYM. Av. 1493, au sens II.; de sophistiquer. ❖ I (1636; de sophistiquer I., 1.). Vx. Personne qui sophistique, altère (des substances). ⇒ …   Encyclopédie Universelle

  • subtiliser — [ syptilize ] v. <conjug. : 1> • 1480; de subtil; cf. soutillier, sotillier, en a. français I ♦ V. tr. 1 ♦ Vx Rendre subtil (II, 1o). Fig. et littér. « La maladie avait subtilisé et comme extasié ses traits » (A. Gide). ⇒ affiner. 2 ♦… …   Encyclopédie Universelle

  • SOPHISTICATION — s. f. Frelaterie, action de sophistiquer des drogues, etc. La sophistication des drogues …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.